Street Masters – Rise of the Kingdom : un beat’em all en jeu de figurines

Les héros du jeu (vous avez dit rétro ?)

Vous vous souvenez de Double Dragon ? Ce jeu de type beat’em all où on incarnait un karatéka pixelisé pour tuer une myriade de vilains méchants, niveaux après niveaux, jusqu’à atteindre les fameux boss. Ah, souvenirs…

Pour ma part il s’agit peut-être d’un des premiers jeux vidéos auquel j’ai joué sur mon Atari ST (mon tout premier ordinateur)… Mais vous n’êtes pas ici pour lire quelques lignes nostalgiques sur ma tendre enfance !

Les héros du jeu (vous avez dit rétro ?)

Voici donc le jeu Street Master, Rise of the Kingdom – un concept très original puisqu’il propose justement de transposer sur la table les beat’em all des années 90. Le jeu est pour le moment un projet sur Kickstarter initié par Adam et Brady Sadler, des auteurs de jeu reconnus.

Adam et Brady façon illustration Street Masters !

Adam et Brady sont des auteurs aussi prolifiques que réputés, ils ont notamment écrit ou collaboré à Descent, X-Wing, Gears of War, Warhammer Quest ACG ou plus récemment The Walking Dead. Que des hits !

Ils définissent ce projet comme un mashup entre Street Fighter et Double Dragon version jeu de figurines. Tout un programme !

 

Dans Street Masters, vous prenez un héros, choisissez un niveau et affrontez un boss ! Voilà le principe du mode arcade du jeu. Les plateaux comportent des cases hexagonales, ce qui permet une mécanique de déplacement très tactique et les combats sont réalisés au moyen de cartes et de dés.

Le mode de jeu est totalement collaboratif, et donc jouable nativement en solo.

Ajoutez à cela un mode Histoire qui viendra ajouter un peu de profondeur à vos parties (avec des arcs narratifs et un peu plus de contexte que « tuer le boss ») – et vous obtenez un projet des plus séduisant.

Le projet a démarré sur Kickstarter le 24 mai dernier et reste ouvert aux financement jusqu’au 24 juin.

Adam et Brady Sadler ont créé une société pour l’occasion : Blacklist Games et le site regorge de ressources sur le jeu. On peut notamment y télécharger un PDF des règles (en beta). Ca permet de se rendre compte de la mécanique du jeu et de l’ambiance.

La campagne Kickstarter propose un matériel plétorique…

Contrairement à ce qu’on pourrait croire en voyant la thématique, le jeu semble très stratégique, et il vous faudra réellement réfléchir pour venir à bout des boss, de leur minions et de leur deck de cartes associé. Quelque part, on n’en attendait pas moins des Brader. Surtout si le combat est le coeur du jeu, autant qu’il nous invite à réfléchir.

Je ne pensais pas backer un projet Kickstarter (trop de projets de peinture à finir avant !) mais là, j’avoue que j’hésite beaucoup. Et la présence des Brader à l’affiche n’aide en rien à résister !

Et vous, pensez-vous backer ce projet ?

(Vu 101 fois, dont 1 aujourd'hui)
À propos de DiceRoller 219 Articles
Passionné de jeux de figurines depuis... trop longtemps ! Initié par HeroQuest, Space Crusade et les livres dont vous êtes le héros, je suis dans mon élément avec des pinceaux dans les mains, ou des dés ! Fondateur du blog ColorfulMinis et hôte de la chaîne YouTube DiceRoller TV. Le jeu qui me défini : Space Hulk.

5 commentaires sur Street Masters – Rise of the Kingdom : un beat’em all en jeu de figurines

  1. Les grands esprits se rencontrent, j’étais justment en train d’étudier ce kickstarter hier! Moi aussi, j’ai été bercé par ces jeux typés « arcade » et le voir transposé sur un plateau me fait sacrément envi! Je vais surement lire les règles avant de me lancer tête baissée, mais l’idée est alléchante! Je suis déjà sur « Kingdom Death monster » et backer un deuxième jeu ne serait pas raisonnable… mais là…dur dur!!!

    • Raisonnable…. est-ce que kickstarter en général c’est raisonnable?? mmmhhhh vous avez 4 heures !
      (dixit le mec qui a 2 pledges en cours -__-)

  2. Que de souvenir le Street of Rage sur Megadrive ?. Le concept du jeu est plutôt pas mal, malheureusement je me suis engagé sur Clash of Rage et zombicide : Green Horde (?). Sans moi donc.

Laisser un commentaire