TheGentleman (aka Max) a rencontré Seb Lavigne, peintre officiel de Mythic Games, le 25 février dernier lors du salon international des jeux de Cannes. Seb a gentiment accepté de répondre à ses questions dans cette intéressante interview, que Colorfulminis publie ici avec grand plaisir.

Ce dernier week end de février s’est tenu à Cannes le Festival International des Jeux, “Shake the Game”, de vendredi à dimanche. Je m’y étais rendu en quête d’auto-promotion, parce que je suis persuadé qu’aller à la rencontre des acteurs d’un domaine reste la meilleure façon de se faire connaître d’eux! En plein Palais des Festivals, un temps radieux… et un repaire de geeks et de joueurs de tout poil, à vous en coller le tournis!

Des animations, des conférences, des costumes, des tournois de jeux de rôle… Me laissant déambuler dans le salon, je suis tombé sur le stand de Mythic games, et il ne m’a pas fallu plus de 10 secondes avant de baver devant les figurines de démo de Super Fantasy Brawl. Relevant la tête, j’aperçois un peintre penché sur son travail… nul autre que Seb Lavigne, l’auteur des figurines qui ont retenu mon attention! Quelques échanges plus tard, nous convenons d’un petit rendez-vous dans l’après midi pour une interview sur le pouce, totalement improvisée par votre serviteur! C’est parti!

TheGentelman : Salut Seb! Peux-tu te présenter à nos lecteurs en quelques mots?
Seb Lavigne : Bonjour! Je m’appelle Sébastien Lavigne, je suis peintre professionnel depuis 8 ans, et actuellement je travaille à plein temps pour la société Mythic Games!

TG : Quels ont été tes débuts dans le Hobby?
SL : J’ai découvert la figurine avec Games Workshop, avec Warhammer, avec des jeux comme Hero Quest ou Space Crusade auxquels je jouais quand j’étais gamin, avec mon frère. On a vu qu’on pouvait peindre les figurines et on a eu envie d’essayer! On s’est vite passionné pour ça, on a fait de plus en plus, en s’inspirant pas mal du style Eavy Metal de l’époque. Après ça on a découvert Confrontation, Rakham, avec un style plus naturel, moins saturé, avec d’autres ambiances en fait! C’est là que j’ai commencé à explorer de nouvelles choses et différentes approches de la peinture des figurines.

TG : Quel a été le moment et la cause du déclic au passage pro?
SL : Ça a commencé à mon départ de la société Games Workshop, où j’étais manager d’une boutique pendant quelques années. J’avais comme objectif d’ouvrir ma propre boutique; mais en faisant mon business plan j’ai réalisé que c’était bien plus compliqué qu’il n’y paraît. C’est là que quelqu’un m’a expliqué qu’avec la peinture sur figurines, avec un investissement et un risque bien moins importants, je pouvais arriver à faire un vrai business et gagner ma vie grâce à ça! J’ai tenté l’aventure, et ça a bien marché!

TG : Comment ce métier a évolué selon toi depuis tes débuts? Et quels conseils donnerais-tu à des nouveaux pros?
SL : Honnêtement je ne saurais pas dire dans quelles mesures ça a changé ou pas. Peut-être qu’on en parle plus, et que les peintres ont moins de scrupules a avoir des prix un peu plus élevés, de façon à pouvoir en vivre! On en voit trop avoir des prix tellement tirés vers le bas que ça ne vaut pas le coup; autant aller bosser au Mac Do à ce compte-là, le salaire sera meilleur à heures égales! Après il faut bien voir que 8h de peinture par jour, avec la répétition que ça implique tu perds forcément un peu l’aspect passion. Mais tu peux trouver autre chose: une aventure entreprenariale par exemple! Quand à se lancer, ça démarre par ne pas se dévaluer! On propose un service de luxe, on doit demander des prix en rapport avec le temps qu’on passe et la qualité qu’on propose. 15€ brut de l’heure est un minimum pour le calcul de nos devis je pense, ce qui permet de commencer à gagner sa vie correctement. En second lieu, le plus important c’est de dire qu’on veut bosser, de faire savoir qu’on est disponible, qu’on veut travailler, faire de la peinture. Si les gens ne sont pas au courant que tu existes, ils ne vont pas venir te chercher! Il faut aussi pousser la qualité vers le haut en cherchant à s’améliorer constamment, améliorer en fait son ratio temps passé / qualité proposé afin que le client soit satisfait d’être venu te voir toi plutôt qu’un
autre.
Enfin il est important d’identifier ce qu’on veut faire. Si tu préfères faire de la peinture d’armée, beaucoup de figurines à la chaîne, c’est que tu vas plus développer des techniques de peinture qui seront différentes de celles pour peindre du Box Art ou de la peinture pour collectionneurs.

TG : Tu penses que c’est difficile de pouvoir proposer les deux?
SL : En fait les gens viennent chercher ce que tu leur montres. Donc si tu ne fais que du Box Art ils ne viendront pas te voir pour de la peinture d’armée, et vice-versa. Je pense qu’on fini toujours par se spécialiser à un moment ou à un autre dans quelque chose. Pour ma part j’ai très vite commencé à travailler pour des entreprises qui voulaient du Box Art, et on ne venait plus me voir pour de la peinture d’armée. Faire les deux pourquoi pas, peut-être hein, mais je pense que c’est compliqué à maintenir sur le long terme en fait.

TG : As-tu une marque de figurines favorites?
SL : Forcément j’aime bien Games Workshop, Mythic Games… mais j’aime bien tout ce qui est kit plastique sur grappe à assembler – le côté modélisme – et même des types de plastique comme celui du jeu Descent que j’ai découvert récemment. Je trouve que leur gamme de figurines pour jeu de plateau font parties des plus belles productions que j’ai vu jusqu’à maintenant. C’est juste extraordinaire: c’est comme du Games Workshop mais en pré-assemblé! Après c’est toujours difficile de dire “j’ai une marque favorite”, parce qu’il y en a de plus en plus qui sortent des produits vraiment intéressants!

TG : Et en peinture?
SL : Perso je reviens toujours à Vellajo, peut-être parce que c’est la gamme à laquelle je me suis le plus habitué. Après j’aime bien Citadel, mais surtout les nouvelles acryliques de chez AK: elles sont d’une superbe qualité, très couvrantes, avec un rendu mat que j’adore! idem pour les Kimera, c’est vraiment d’excellentes peintures!

TG : Parlons maintenant de ton travail au sein de Mythic Games. Comment s’organise-
t’il?

SL : Je suis un peu le responsable de la partie peinture de figs chez eux. Je travaille en étroite collaboration avec les différents directeurs artistiques qui vont chapeauter la vision des divers projets dans leur totalité, que ce soit les figs, les plateaux, les pions, les illustrations aussi bien sûr. Moi je vais vraiment me concentrer sur la partie peinture. Et ça consiste à s’emparer d’un projet, d’un univers, imaginer comment on va pouvoir le représenter en termes de couleurs, de matières, de contrastes, etc… Je vais commencer par peindre quelques figurines pour caler un style, et une fois que c’est défini je vais aller chercher d’autres peintres pour m’aider, parce que je n’ai pas le temps de tout faire moi-même! C’est souvent en fonction de leur style que je vais faire mon choix: est-ce que celui de tel ou tel peintre va correspondre ou pas à ce qu’on imagine pour cet univers? C’est-à-dire qu’en fait je n’ai aucun problème à bosser avec un peintre pour un projet, et à l’écarter pour un autre, en fonction des
divers besoins. Et c’est intéressant comme travail, parce que chaque peintre va apporter sa sensibilité et enrichir tel ou tel univers! Bon après faut les rassurer, leur expliquer que ça va bien se passer aussi hein!

TG : As-tu un univers de prédilection?
SL : Chez Mythic Games?

TG : Non pas spécialement, un univers ou un type d’univers que tu préfères en général.
SL : J’aime bien tout ce qui est Fantasy, plutôt que SF. Le côté médiéval, mais pas historique, vraiment le fantastique, où tu vas être totalement libre de tes interprétations et de tes idées, en terme de formes, de couleurs, de magie, de lumières… Moi c’est vraiment ça qui a ma préférence, qui m’inspire et où j’y suis vraiment dans mon élément. C’est aussi là que j’ai le plus de références sans doute!

TG : Pour terminer, as-tu un peintre (pro ou non) qui as ton admiration?
SL : Je suis le travail de plein de peintres dont j’estime qu’il est 10 fois supérieur au mien, mais s’il y en a un que j’admire vraiment c’est Angel Giraldez. Alors pas forcément pour son style de peinture, même s’il peint vraiment bien, mais plus pour la façon dont il gère sa carrière en fait. Les choix qu’il fait, les idées qu’il a pour développer son activité, je trouve qu’il a toujours un coup d’avance! Il est très dynamique, et en ce qui concerne le développement d’une activité de peintre sur figurines, pour moi c’est lui qui est allé le plus loin!

TG : Merci à toi Sébastien!
SL : Mais merci à toi Max!