Les socles de vos figurines remplissent plusieurs fonctions. La plus évidente est qu’ils permettent de maintenir la figurine dans sa position de manière stable, ils facilitent sa manipulation. Mais leur rôle est aussi esthétique : ils doivent permettre de faire ressortir la figurine sur la table de jeu et il y a un juste milieu à trouver pour atteindre ce but : rester dans des tons assez neutres pour ne pas capter l’oeil, au détriment de la figurine elle-même, et à la fois, être aussi proche que possible du plateau de jeu prévu.

Cette dernière option n’est pas forcément possible si vous jouez avec la même figurine à plusieurs jeux, mais dans le cas qui nous intéresse ici, nous allons essayer de faire des socles à la fois neutres et dans la thématique des tuiles de Warhammer Quest : Silver Tower.

La Technique

L'effet de lave obtenu par la technique de Duncan Rodhes

L’effet de lave obtenu par la technique de Duncan Rodhes

Commençons par rendre crédit aux sources de cet article, car si j’avais été le seul instigateur de cette technique, je pense que j’aurai un studio de peinture à mon nom ! Le principe de base a été expliqué en détail sur Warhammer TV, par Duncan Rodhes lors du calendrier de l’avant 2015.

Duncan explique assez bien la technique, qui est assez difficile à cause de la dernière étape, mais se concentre sur un effet de lave assez classique : de la terre noire craquelée qui laisse voir dans ses interstices de la lave en fusion rouge orangée.

Dans notre cas, nous voulons nous rapprocher des teintes du plateau de jeu de Silver Tower, et donc rester dans des tons bleu et vert, pour rester dans l’ambiance Tzeentch. J’aurai bien aimé avoir eu l’idée moi-même de ce qui suit, mais c’est sur le blog de la boutique en ligne de Games Workshop que l’inspiration est venue.

Effet de lave "Tzeentch" (crédit : blog de Games Workshop)

Effet de lave “Tzeentch” (crédit : blog de Games Workshop)

Steve nous explique ici comment il a procédé pour adapter la technique de Duncan afin de rendre un effet de lave jaune brillant sur une terre bleutée, dans la plus pure ambiance du jeu.

Le résultat visible sur le blog est saisissant et m’a donné envie de m’y essayer. Avec les 51 socles de la boîte, il y a de quoi s’entrainer, et même si la technique est compliquée, ce n’est pas très grave si certains socles sont moins réussi que d’autres. Alors je me suis lancé.

Le principe de base

Je n’ai pas exactement utilisé la technique décrite par Steve sur le blog de Games Workshop, mais suis resté dans l’esprit de celle du tutoriel original de Warhammer TV, en changeant juste les couleurs. La galerie suivante vous montre les étapes que j’ai utilisées. J’ai fait plusieurs tentatives pour voir différents rendus.

[foogallery id=”1477″]

Ce qui est bien avec cette technique c’est qu’on peut facilement varier les couleurs, il suffit de chercher à produire la teinte que l’on souhaite avant de la recouvrir de peinture texturée. Très facile donc de varier les plaisir : une base de couleur métallique enrichie d’un glacis jaune ou vert est possible, mais aussi un motif de dégradé de vert et de jaune, avec des pointes de blanc, ou encore du Nurgle’s Rot sur une couche de blanc/gris, tout est possible.

Essayez de laisser libre cours à votre inspiration en fonction de vos pots de peinture. Ce qui compte est de bien chercher à produire une teinte aussi vive que possible, car c’est ici que le contraste se construira avec la roche craquelée du dessus.

Difficulté technique : la craquelure

L'Agrellan Earth est appliqué, assez généreusement

L’Agrellan Earth est appliqué, assez généreusement

La difficulté principale de la technique réside sans conteste dans l’application de l’Agrellan Earth, il faut réussir à générer des gros éclats, et cela ne se fait pas « en direct ». Vos éclats vont se produire lorsque la peinture va sécher, et dépendent donc beaucoup de la quantité que vous avez appliquée.
Ici pas de secret, il vous faudra essayer et essayer encore, seule votre expérience vous permettra d’ajuster votre technique. L’erreur principale est de ne pas mettre assez de peinture. Chargez bien le socle !

Ensuite vient l’étape la plus délicate : il faut colorer la peinture en bleu nuit et cela avant que l’Agrellan Earth ne sèche complètement. On prend donc soin d’accélérer l’évaporation de la peinture avec un sèche cheveux pendant environ 20 secondes, le temps que les bords commencent à craqueler très légèrement. Le but est de sécher un minimum la peinture pour voir lui appliquer une couche de bleu sans que le mélange n’ait lieu. Etape la plus technique du procédé.

La dernière étape : colorer l'Agrellan Earth, la partie la plus technique...

La dernière étape : colorer l’Agrellan Earth, la partie la plus technique…

Ensuite tout est question de timing et de délicatesse ! On mélange du Stegadon Green avec une shade bleue (j’ai utilisé du Blue Tone de chez Army Painter) afin d’obtenir une texture assez liquide sans pour autant perdre en pigmentation (n’utilisez pas d’eau !).

Avec un pinceau assez large on applique le mélange sur l’Agrellan Earth en cours d’évaporation, en appliquant le plus légèrement possible le pinceau à l’horizontale avec le socle. Je vous invite à regarder la vidéo de Warhammer TV pour bien comprendre comment procéder.

C’est clairement l’étape la plus difficile et il vous faudra certainement plusieurs essais avant d’y arriver correctement, mais vous avez 51 socles sous la main !

Pour continuer

Pour la suite je pense que je vais panacher les techniques et les variantes, probablement jusqu’au dernier socle de la boîte ! C’est en fait très amusant à faire, on travaille trois ou quatre socles à la fois, et on varie les plaisirs. Pour mes derniers essais je me suis lancé dans une idée différente : faire une petite coulée de lave jaunâtre, entre deux espace de roches. Le résultat me plait bien et j’en ferai sûrement d’autre dans ce style.

Pour conclure, une galerie avec les derniers socles réalisés et quelques variantes.

[foogallery id=”1531″]