Que vous vouliez rendre les canons des armes de vos figurines plus réalistes, solidifier vos assemblages ou carrément rendre vos figurines modulables, la perceuse à main est ce qu’il vous faut.

Je vous explique tout.

Perceuse à main de modélisme

L’acquisition d’une perceuse à main est loin d’être un luxe. J’ai longtemps pensé que ça l’était, et je ne pouvais pas avoir plus tort ! Depuis que j’en ai une, je n’arrête pas de m’en servir et je ne ce cesse de me réjouir de toutes les applications qu’on peut en faire.

Perceuse à main de Citadel (22 euros)

Perceuse à main de Citadel (22 euros)

Mieux : j’ai récemment réalisé que non seulement elle permet de solidifier énormément les figurines (en bloquant leur assise sur le socle par exemple) mais elle permet aussi d’assembler les différentes parties sans les coller. Très pratique pour avoir une idée du rendu final quand on peint plusieurs parties séparément. Les usages sont multiples, mais avant de les détailler, quelle perceuse choisir ?

Evidemment, le premier réflexe est de regarder chez Games Workshop, et là, on est rebuté assez vite par le prix : 22 euros pour la Perceuse Citadel. Certes le packaging est beau, et je ne doute pas qu’elle est de bonne facture, mais plus de 20 euros pour cet accessoire me semble démesuré.

Perceuse à main Silverline (Amazon)

Perceuse à main Silverline (5 euros, Amazon)

En cherchant un peu, on trouve sur Amazon un modèle à … 5,35 euros ! Pour quatre fois moins cher, la même fonctionnalité offerte… Je n’ai pas hésité longtemps et je l’ai commandée, en prenant soin de prendre également des mèches qui ne sont pas fournies (7,11 euros). Au total, cela revient à 12,50 euros ce qui reste près de la moitié du prix de Games Workshop.

Après m’en être servi plusieurs fois, je peux vous assurer que vous ne serez pas déçu. Elle fonctionne très bien et est très facile à prendre en main.

Le principe d’utilisation est simple : on cale la perceuse dans le creux de la paume de la main droite, on tient la figurine dans la main gauche.  Ensuite on exerce une légère pression sur la figurine avec la mèche, là où on souhaite percer, et on tourne doucement avec les doigts de la main droite la tête de la perceuse dans le sens des aiguilles d’une montre.

Après quelques rotations, on voit sortir du trou nouvellement créé des petits fils de plastique, il s’agit de la matière qu’on a extraite. On sors la mèche, nettoie les rejets de plastique, et on recommence jusqu’à être satisfait du trou.

Creuser les canons

Notez les canons creusés de ces orks.

Notez les canons creusés de ces Orks.

Le premier usage est tout simplement de creuser les canons des armes de vos figurines.

Avez-vous remarqué ce petit détail : les canons des bolter des figurines de Warhammer 40k sont toujours très réalistes sur les photos officielles, on y voit un réel effet de relief, alors que la figurine, elle, n’est pas creusée.

Cet effet qui fait toute la différence est assez simple à réaliser si on prend soin de creuser le canon avant de peindre la figurine. Il suffira ensuite de peindre en noir le creux, et de bien éclaircir les bords du canon.

Effet garanti !

Tiger les parties importantes

Mais le réel avantage de cet outil va bien plus loin qu’apporter une amélioration esthétique à vos réalisations. Il vous permet de passer à un niveau supérieur dans la solidité de vos assemblages.

Exemple d'utilisation (source : Army Painter)

Exemple d’utilisation (source : Army Painter)

La technique dite du “tigeage” consiste à renforcer les assemblages de deux parties d’une figurine avec une tige en metal insérée des deux côtés. En plus de la colle, la force que procurera au tout cette liaison physique rendra l’ensemble très résistant.

C’est particulièrement utile sur les grosse figurines, comme les monstres, avec leurs ailes par exemple.

Pour “tiger” on procède simplement en creusant les deux points de jonctions à assembler, et on insère dans l’un des deux une petite tige en metal. Un morceau de trombone peut faire l’affaire, mais je vous recommande d’acheter un rouleau de fil de fer dans votre supermarché. Ca se trouve très bien en rayon bricolage. Armé d’une pince coupante, vous pouvez sans problème prélever un morceau de la taille de votre choix.

Pour une solidité optimale, un point de superglue sera déposé sur l’extrémité de la tige avant de l’insérer dans le plastique, et ce, des deux côté. On pense bien sûr à ne pas oublier de mettre de la colle plastique sur les parties qu’on assemble, ainsi on aura la solidité optimale une fois l’ensemble en place.

Cette technique peut également s’avérer très efficace pour réparer une figurine qui se serait cassée, par exemple la main tenant l’épée d’un guerrier malencontreusement amputé sera tigée avant d’être recollée.

Socler de manière très solide

Une autre technique très intéressante est de tiger les pieds de la figurine, comme si on allait l’assembler à une autre partie, puis de prendre des repères sur le socle en posant la figurine comme voulu. Ensuite on perce avec la perceuse le socle sur les points repérés jusqu’à traverser le socle entièrement. On doit voir la tige sortir du socle de l’autre côté.

Une fois que c’est fait, il ne reste plus qu’à faire traverser les tiges dans le socle, et en les repliant sous le socle, on permet ainsi à la figurine d’être très solidement fixée sans la moindre goute de colle !

Très pratique quand vous désirez avoir un aperçu du rendu de votre composition sans aller jusqu’à quelque chose de définitif.

Lorsque je peint des monstres, j’use énormément de cette technique, pour tester différentes poses, et également parce que je peint toujours la figurine séparément du socle.

Rendre modulables vos figurines

Il y a un autre usage que je vois et que je vais bientôt tester sur les figurines disposant de plusieurs options d’assemblages. Ce type de figurines est assez fréquent chez Games Workshop, sur les grosses figurines, comme les montres ou les héros.

Par exemple, le Prince Démon du Chaos (première figurine sur laquelle j’ai utilisée toutes ces techniques) est fourni avec plusieurs options de têtes, de bras et d’ailes. Même si je ne pense pas qu’on puisse aller jusqu’à moduler la tête (quoique) je compte bien tiger les ailes afin de pouvoir les assembler sans les coller.

Cela me permettra, selon les parties et les scénarii que j’utilise, d’avoir un Prince Démon ailé ou pas ! Bien plus économique en temps et en argent que de peindre deux figurines dans deux assemblages différents.

En conclusion

Pour toutes ces raisons, je vous encourage très vivement à tenter l’expérience et à vous munir d’une perceuse de modélisme, votre pratique en sera grandement changée !

Un réel plaisir que de pouvoir assembler une figurine en cours de peinture sans avoir à la coller. Le hobby devient plus itératif, et la qualité finale de votre travail s’en ressent.