Warhammer Quest : Cursed City revient en 2022. Le jeu est un des mieux vendus de 2021 d’après Games Workshop et la réédition sera accompagnée d’extensions. Un Dungeon Crawler coopératif à ne pas manquer ?

Warhammer Quest: Cursed City (source: Warhammer Community)

Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas pu se le procurer lors de sa première édition, voici votre chance de mettre la main (ou vos griffes bestiales) sur certaines des meilleures figurines Citadel de 2021, ainsi que sur l’incroyable jeu coopératif Warhammer Quest: Cursed City. Nous annoncerons les dates de sorties exactes en début d’année.

Et si le retour de Cursed City ne vous suffit pas, sachez qu’il sera également accompagné d’extensions, afin que votre aventure dans Ulfenkarn puisse se développer et se poursuivre avec des rebondissements encore plus dramatiques. Alerte spoiler : Radukar n’est pas mort – il est juste vraiment, vraiment en colère !

Source: Warhammer Community
Figurine de Radukar, source: Games Workshop.

Cursed City était précédemment sorti en avril 2021. Le jeu comprend 60 figurines, dont huit choix de héros, 42 ennemis et 10 objets mystérieux ayant un rôle dans l’histoire. Le matériel comprend également des cartes, des tuiles de donjon, de jetons ainsi qu’un livre de règles de 40 pages et un livre de quêtes de 56 pages contenant tout ce dont vous avez besoin pour entreprendre le périlleux voyage pour échapper à Ulfenkarn.

À noter que pour les joueurs de Age of Sigmar, un livret comprenant des warscrolls pour de nombreux héros et ennemis du jeu est fourni.

Figurines peintes de Cursed City, plateau de jeu (source: Warhammer Community).

Une stratégie marketing décriée

Ce retour ne laisse pas indifférent. En effet, à sa sortie, le jeu avait été mis en vente en pré-commande sur le site de Games Workshop, et les exemplaires avaient été tous réservés en une heure. En moins de temps qu’il fallait pour le dire, le jeu n’était donc plus disponible et cela laissait un arrière-goût de pénurie orchestrée par le fabricant, stratégie dite du FOMO, le Fear of Missing Out (la crainte de manquer une occasion).

Ensuite, certaines pré-commandes n’avaient pas pu être honorées en raison de problèmes d’acheminement (il faut se souvenir que cela se passait en pleine pandémie, alors que le transport de marchandises et les matières premières traversaient une crise).

Le jeu avaient ensuite tout simplement disparu du site de Games Workshop (il n’est d’ailleurs toujours par revenu à l’heure où j’écris ces lignes), et de nombreux fans s’étaient sentis très frustrés par cette stratégie marketing : annonces en grandes pompes, série limitée, pré-commande, rupture de stock, disparition du jeu, et silence radio…

Neuf mois plus tard, voilà que Cursed City revient. Cela pourrait être assimilé à un rétro-pédalage, et nous montre que “série limitée” prend une sémantique toute relative dans la bouche de l’équipe marketing de Games.

Cette version sera-t-elle limitée ? Games Workshop ne se prononce pas pour le moment, mais promet de clarifier la situation prochainement.